Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 31 le Jeu 31 Aoû 2017 - 16:29

Des clés pour comprendre la vie au Québec

Aller en bas

Des clés pour comprendre la vie au Québec

Message par chester555 le Ven 8 Oct 2010 - 5:46

Cette publication est un peu la synthèse des lectures que j’ai faites sur plusieurs forums et blogs concernant la vie au Québec. Il faudra aussi y rajouter les témoignages que j’ai eus de personnes qui se trouvent sur place. Mon départ étant presque imminent j’ai dû faire des recherches intensives sur le Québec et comment y vivre. Après je n’ai pu résister à l’envie de partager le résultat de mes recherches avec vous.
Pourquoi écrire un post sur la vie au Québec ? Parce que contrairement à ce qu’on veut bien croire on ne vas pas dans un pays seulement pour trouver du travail. Au-delà des considérations importantes certes comme le logement la sécurité sociale, le travail etc.. il y a aussi la vie que vous allez avoir la ba. La plus part d’entre nous allons pour ne plus revenir. Rares sont les immigrations dans l’histoire qui se sont faites en aller-retour. Nous allons tous pour peupler se faire des amis, y faire des enfants y vivre et y mourir. J’ai donc voulu faire une petite synthèse de ce qu’il faut savoir. Ce texte n’est pas complet et aucun texte ne le sera de toute manière. J’ai choisi de l’organiser en thèmes pour permettre au lecteur de s’y trouver plus facilement.

Une société sous la domination des anglophones.

On le sait tous le Québec appartenais à la France. C’est un territoire que Louis XV a dû céder aux anglais après avoir perdu la guerre de 7 ans. Une fois que cela fut fait les francophones vont devoir lutter pour continuer à exister dans cet espace anglophone d’aujourd’hui 340 millions de personnes. L’immigration sera majoritairement anglophone et le gouvernement va essayer d’y effacer toute trace de la France. Il n’y a pas si longtemps seulement que les québécois vont reprendre le dessus( la révolution tranquille) . Ne vous étonnez donc pas si vous voyez beaucoup d’anglicisme dans la langue( mon cousin qui y vit ne dis plus « de toute façon » il dit « anyway ». il utilise aussi le verbe « appliquer » au lieu de « postuler à un emploi »). Vous verrez aussi beaucoup d’expressions et mots que vous ne connaissez pas. C’est du veux français. La coupure avec la France a fait qu’ils sont restés au français du 17e siècle. Cette coupure avec la « mère patrie » et cette domination anglaise a transformé leur français au point qu’on a pris pour habitude de dire que leur français est de mauvaise qualité. De grâce ne juger jamais leur français. Ils n’apprécieraient pas. Ils ont toujours vécu ça comme une humiliation. C’est un français différent du français de France et c’est tout. J’ai cru comprendre que bcp de français s’amusaient à faire une hiérarchie. Faut pas.
J’ai cru comprendre dans mes lectures que le niveau de français dans les écoles y était tout de même de mauvaise qualité. Ceci pour les raisons évoquées plus haut. C’est seulement dans les années 60 que les choses ont été progressivement reprises an main. Avec la révolution tranquille le l’identité québécoise va un peu plus s’affirmer. Le temps et le travail fera le reste.

Pourquoi vous risquez de mettre beaucoup de temps à trouver un emploi.

-Le racisme : oui c’est vrai. C’est quelque chose qui existe partout. Au Québec y compris. Même si ce n’est pas aussi grave qu’ailleurs ça existe aussi. On parle aussi de discrimination audible pour les français (même si ce n’est pas vérifié). Aucune statistique ne prouve que les français blancs subissent de la discrimination, même si certains témoignages semblent confirmer le phénomène.( on me refuse un job parce que j’ai un accent français).
-le manque de relation : c’est un pays ou la plus part des emplois se font par piston. Ils appellent ça le « réseautage ». il faut donc se faire un carnet d’adresses. Ne restez pas chez vous. Sortez pour rencontrer des gens, dans des bars, des salons ou même au sport. Retournez à l’université si vous en avez les moyens. C’est aussi un bon moyen de se faire un carnet d’adresse et aussi d’avoir son Cv référencé sur une base de données consultés par les recruteurs (ceux qui ont fait les écoles de commerce françaises savent de quoi je parle).
-Votre diplôme et votre expérience auront peu de valeur : ils privilégient l’expérience et la formation canadienne. Même si vous venez de France vous serez aussi confronté à cela. Il faudra donc accepter de recommencer à partir du bas de l’échelle. Retourner à l’université peut aussi être une solution (toute relative).
-engagez vous dans des actions de bénévolats. il parait que les québécois y apportent une grande importance : s’investir dans la vie de sa municipalité. C’est aussi un bon moyen de se faire des connaissances. Il parait aussi que c’est très apprécié sur un CV.
-Ne négligez pas votre communauté : le Québec est un peu le compromis entre le système assimilationniste français et le système multiculturel américain. Les communautés sont permises et même encouragées : assistez donc aux réunions et rencontres de votre communauté (français si vous êtes français et algérien si c’est votre cas). Elle peut aussi être religieuse ou autre (je sais que ça fait froid dans le dos de lire ça quand on est français). Votre bonheur pourra être aussi par là.
-les métiers sont règlementés : c’est le cas de plusieurs métiers (même le métier de plombier) . Il faudra donc passer par les ordres professionnels pour obtenir une accréditation. Ce qui pour certains peut être un vrai parcours du combattant. On pourra exiger de vous que vous retourniez à l’école. Pas facile la vie. Il faut dire quelles ordres professionnels protègent leur « pain » et risquent d’essayer de vous barrer la voie. Il faudra donc être persévérant.

Pourquoi vous aurez du mal à vous faire des amis ?

J’ai lu plusieurs témoignages de personnes qui admettaient avoir vraiment beaucoup de mal à se faire des amis québécois. Même si ils sont très adorable avec vous ne prenez pas cela pour de l’amitié. On va passer une superbe soirée avec vous sans avoir envie de vous revoir le lendemain. Ce n’est pas de l’hypocrisie. C’est juste qu’on a envie d’être aimable avec vous. L’amitié elle prendra beaucoup plus de temps à venir. Mais personne ne vous donnera son amitié aussi facilement qu’en France. Au fait pour ceux qui vont à Montréal, vous pourrez vous faire des amis parmi la population immigrée. C’est une ville très cosmopolite (mon cousin me dit que dans une même rue vous pouvez avoir 50 nationalités) . C’est aussi un bon moyen de s’intégrer.

Que faire si votre immigration échoue ?

-ROC (reste of Canada) : le reste du Canada. Le canada c’est 10 provinces. Le Québec n’est qu’une province. Vous pouvez encore aller vous y installer. Le Québec est la province où le taux de chômage des étrangers est le plus élevé du canada. Par contre aller dans une autre province supposera que vous êtes capable de comprendre et vous faire comprendre dans un anglais correct. Sans quoi vous vous exposez à de grandes difficultés d’intégration. Et ceux même si vous avez des communautés francophones un peu partout dans le canada. Sans parler du Nouveau Brunswick qui est officiellement bilingue (34% de francophones) .
-le retour au pays : ça reste aussi une solution. Généralement on immigre parce qu’il Ya des choses dans son pays de naissance qui ne tournent pas rond. Mais peu importe si vous êtes français, algérien, ivoirien, camerounais ou autre vous aurez la nostalgie de votre pays. Vous allez mieux apprendre à l’aimer. Certains d’entre nous (surtout ceux qui ont raté leur immigration) vont trouver que leur pays a plus de valeur que le canada et que ce voyage n’en valait pas la peine(c’est une expérience personnelle. Croyez- moi j’ai beaucoup voyagé). Il faut savoir que 20% des immigrants quittent le Québec dans les 10 premières années de résidence ( toute catégorie et origine confondue) http://www.micc.gouv.qc.ca/publications/fr/recherches-statistiques/Presence-Quebec-2009-immigrants-admis1998-2007.pdf. Il reste tout de même 80% qui restent. De ces 20% un gros paquet ira dans le reste du canada. Il faut aussi avouer que certains immigrant prennent un visa pour le Québec mais ne s’y établissent jamais. Avoir un visa pour le Québec est beaucoup plus facile que se rendre directement dans le reste du canada. La sélection là-bas y est beaucoup plus sévère. D’autres irons s’établir aux USA et le reste retournera dans son pays d’origine. On n’a malheureusement pas de chiffre sur ces 3 derniers cas. Mais c’est une réalité bien connue.
-un conseil personnel : si vous avez déjà un travail dans votre pays de résidence prenez un congé sans solde. Ainsi vous pourrez toujours revenir dans votre pays si vous ne trouvez pas votre bonheur à l’étranger. Sachez aussi que le retour au pays peut être aussi couteux que la démarche d’immigration. Il faudra aussi travailler et épargner de l’argent.

Pourquoi certaines personnes finissent par être profondément déçues par le Quebec ?

Avant de répondre on va d’abord essayer de comprendre ce qui fait que ces personnes s’y rendent.
Le gouvernement QUEBCOIS comme celui du canada a décidé qu’il fallait faire venir une immigration de masse pour combler le déficit démographique qui y sévit actuellement. On parle même de Génocide démographique. Certaines régions risquent de se vider complètement de leur population. Il faut donc faire venir des gens pour les maintenir en vie. Certains employeurs risquent de fermer leur boite ou refuser des marchés faute de pouvoir trouver des travailleurs pour honorer certains contrats. Ou est-ce que je veux en venir ???
Le gouvernement du Québec est prêt à vous raconter les pires balivernes pour que vous vous y rendiez. On va vanter les merveilles de la nature qui y est toujours présente. Mais on ne vous dira pas que son accès y est payant. On va vous donner le chiffre de 700 000 emplois à pourvoir, mais on va omettre de vous dire que la plus part concerne des métiers règlementés et qu’il va falloir passer par des ordres, qui ne feront que vous mettre des bâtons dans les roues. On ne vous dira pas que le taux de chômage des immigrants est beaucoup plus important que celui des québécois. Certaines personnes se laissent séduire par le discours officiel, croient qu’ils vont au paradis et après en reviennent profondément déçues. Je ne dis pas que c’est systématique et que tout le monde va en baver. J’essaie juste de vous dire que c’est un peu comme partout (comme en France , en Algérie , en côte d’ivoire en Roumanie etc…) . Une société avec ses défaut et ses qualités et qu’il ne faut pas s’attendre à ce qu’on vous fasse votre place facilement.
Prenez les immigrants en France par exemple : pourquoi est-ce qu’ils ne se plaignent pas ? Parce qu’ils savaient en venant que rien ne serait facile. Qu’ils ne sont pas chez eux et que (contrairement à ce que le Québec fait) on ne leur a pas demandé de venir. Ils vont donc endurer en travaillant d’arrache pieds en espérant pouvoir s’en sortir un jour. Alors que quand on compare avec le Québec on trouve autre chose: des gens à qui on a demandé de venir,, à qui on tout promis. Ils ont rêvé, tout vendu et fait le grand saut. Ceux-là paniquent à la première difficulté et peuvent finir par maudire la société d’accueil. Alors que les difficultés qu’ils rencontrent sont des difficultés que tout nouvel immigrant rencontre, peu importe le pays où il se rend.

-Les différentes catégories d’immigrants au Québec

-ceux-là qui s’y sentent bien : il ne s’agit pas forcément de personnes qui ont réussi leurs carrières au Québec. Ce sont des gens qui sont généralement d’accord avec la mentalité du pays. Ils s’intègrent très bien. Et ne cherchent pas forcément à garder les contacts avec leurs compatriotes. Pour eux celui qui échoue est le seul responsable de son échec. On ne peut tenir la société d’accueil pour responsable. Les frustrés ne doivent s’en prendre qu’à eux même. Ce qui est en partie faux : Le gouvernement du pays d’accueil doit faire des efforts pour faciliter l’intégration de nouveaux immigrants.
-ceux là qui sont déçus : ils ont l’impression d’avoir été bernés. Généralement ils font du
Québec-Bashing (critique systématique de la société québécoise : qualité du français et de l’accent, mentalité avec laquelle ils ne sont pas en phase, mœurs etc… pour eux c’est la société qui est responsable de leur échec. Mais quand on les lit on comprend très vite qu’eux non plus n’aiment pas cette société et n’ont aucune envie d’y adopter les habitudes. Leur mauvaise intégration s’explique donc aussi en partie.
- il y a aussi ceux qui repartent. Et ça ne se passe pas toujours bien non plus. J’ai lu des témoignages de personnes qui conseillent à leurs compatriotes français de rester sur place et de ne pas retourner en France.
-ceux qui ne se plaisent pas mais qui restent : ils ont tout plaqué pour partir et n’imaginent plus leur vie ailleurs. Ils sont donc décidés à rester peu importe ce qui va suivre.
-ceux qui retournent bien qu’ayant réussi leur immigration. Généralement ce qu’ils n’aiment pas c’est le rythme de la vie(beaucoup d’heures de travail et très peu de temps libre pour soi et la famille). Ils trouvent la société un peu trop individualiste. Ils dénoncent le manque d’échanges, la solitude et la société féministe. Ils préfèrent une vie de chômage ou de bas salaire dans leur pays d’origine à celle que leur offre le Québec.
Voilà un peu mon petit résumé. J’espère qu’il vous sera utile.
avatar
chester555
Grand Castor
Grand Castor

Messages : 220
Date d'inscription : 24/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des clés pour comprendre la vie au Québec

Message par Martial le Ven 8 Oct 2010 - 9:47

Chester55 je crois que ton resumer est tout a fait correct et impartial..

Surtout en ce qui concerne les emplois, la plupart sont reglementes... il faut meme rappeller que tout candidat pour le quebec signe les fiches de profession reglementaire lors de la constitution du dossier pour le CSQ; dont il ne devraient pas l'ignorer.
Et en plus la fameuse experience canadienne... c'est pourquoi beaucoup y vont, et une fois arrivee, s'incrivent dans des universites pour une ou deux ans avant de se soummetre au marcher de l'emploi (tres excellente idee).
D'autre part pour certaine personne, qui viennent des pays bilingue ou anglophone, tel le cameroun, le ghana, ou qui peuvent s'exprimer en anglais, le quebec n'est une etape de transistion pour se retrouver dans le reste du canada tel l'ontario.
T'as egalemnet souligner, le taux de chomage des immigrants est le plus elevee au quebec comparee au autre province canadienne, de meme que le taux d'impot, et les salaires (coter a ne point negliger)...
C'est aussi vrai que le quebec n'est pas que le travail, c'est aussi la culture, le climat, la decouverte, la diversiter... tres signafiante pour beacoup d'immigrant.
Au demeurant, l'initiative quebecoise est a encourager, et je pense que les processus s'ameliore au fil des annees, puisqu'il essaye de travailler maintenant en se comparant au autre province canadienne...
Le quebec, et la canada c'est une nouvelle decouverte pour une integration dans la diversiter...

Merci a toi Chester55 de garder toujours le forum animer.
PS mon clavier est qwerty desoler..
Bonne continuation

En passant Selon toi quelle peut etre le delais moyen entre la soumission du dossier au federal et l'obtention du Visa??? surtout pour quelqu'un residant au Cameroun et dont le bureau federal se trouve en Cote d'ivoire!!!

Salut a toi
avatar
Martial
Grand Castor
Grand Castor

Messages : 229
Date d'inscription : 08/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des clés pour comprendre la vie au Québec

Message par caribou62 le Ven 8 Oct 2010 - 23:25

Bonjour à tous,

Voilà 4 semaines que nous avons débarqué au Québec, en faisant un choix qui n'est pas forcément évident, celui de vivre dans la région de Lanaudière, à environ 75 km au Nord de Montréal. Le français n'est effectivement pas le même qu'en France, mais le considérer comme inférieur, c'est à mon sens comme considérer que l'anglais américain est inférieur à l'anglais de Oxford : il y a un standard, et les langues évoluent en fonction des pays. Par contre il est évident (et il suffit de lire les petites annonces pour en être convaincu) que l'enseignement de l'orthographe laisse à désirer !
La reconnaissance des diplômes et les ordres professionnels, je peux le dire car je suis en plein dedans, est effectivement un vrai casse-tête. Quand j'ai déposé mon dossier de demande d'équivalence des diplômes, on m'a dit que j'aurais le résultat dans...6mois Shocked, ce qui est incroyable si on pense que c'est le gouvernement qui encourage l'immigration. Il n'y a qu'une solution pour raccourcir le délai : qu'un employeur envoie une lettre en déclarant qu'il vous embauchera seulement si vous avez cette équivalence. Là, le délai passe à... 10 jours What a Face
En ce qui nous concerne, nous avons trouvé une maison meublée avec 3 chambres pour 1000 $/mois, tout compris (électricité, chauffage, taxes, déneigement), et le propriétaire est venu nous chercher à l'aéroport pour nous aider à charger nos 10 valises et la cage de notre chien (un rottweiler, donc grande cage Wink ). Il nous avait même fait des courses pour que nous ayons de quoi manger jusqu'au lendemain !! Donc très bon accueil !
Personnellement j'ai changé plusieurs fois de région en France, et je trouve qu'il n'est pas si facile que ça de se faire des amis, surtout en Province où les gens sont déjà du coin, bien implantés, et n'ont pas besoin finalement de se faire de nouveaux amis. C'est encore plus compliqué quand on a une famille, parce que le rythme de vie ne permet pas de sortir aussi facilement. Je ne pense donc pas que la difficulté à se faire des amis soit entièrement liée aux Québecois.
Enfin pour ce qui est du fameux "réseautage", je crois que c'est une autre version du "piston" français. C'est forcément plus dur quand on arrive, mais pas insurmontable, alors courage !

Bonne chance à toi chester555, peut-être qu'on se croisera un jour ! Razz
avatar
caribou62
Castor Junior
Castor Junior

Messages : 31
Date d'inscription : 03/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des clés pour comprendre la vie au Québec

Message par chester555 le Sam 9 Oct 2010 - 5:40

>>>>emails interdit<<<<
j'ai lu un article de journal qui démontrait que retourner à l'école a un effet limité sur l'intégration des immigrants dans le marché du travail. par contre (comme je l'ai expliqué c'est un bon moyen de se faire des contacts).
l'intégration est plus une question de durée. plus vous passez du temps du place, mieux vous allez vous intégrer. je m'explique: on a remarqué que pour les immigrants qui sont sur place depuis 10 ans le taux de chômage est le même que celui des Québécois. c'est pourquoi je traite cette solution de "relative".
pour ce qui est de la durée des traitement des dossiers c'est censé durer entre 11 et 22 mois. mais je crois que ça va durer encore plus. les témoignages que j'ai disent que pour certains ça a mis plusieurs années. http://www.cic.gc.ca/francais/information/delais/internationale/02b-qualifies-que.asp

>>>>emails interdit<<<< : je pense que ton choix ( comme tous les choix) a son positif et son négatif. j'ai vu des photos du paysage et je peux te dire que je suis vraiment impressionné par sa beauté. tes enfants vont apprécier. aucun doute la dessus. vivre en région peut être une bonne solution pour mieux profiter de la nature, éviter la saleté, l'insécurité (toute relative) de Montréal,et les loyers chers . sans parler de l'accès aux services de santé qui sont beaucoup plus aisés. niveau qualité de la vie y'a pas photo. le seul hic c'est l'accès à l'emploi. comme dans n'importe quel pays l'emploi se trouve dans les grandes villes. si je pouvais me permettre un conseil: privilégie la vie en région mais trouves y un emploi avant de t'y installer.
le gouvernement fait ce qu'il peut mais ne néglige pas le pouvoir des ordres: les ordres professionnel font ce qu'ils peuvent pour protéger leur emploi de l'immigrant et sont avant tout des syndicats ( c'est ce que j'ai cru comprendre; en tout cas le taux de syndicalisation au Québec est de plus de 50%; compare avec la franque et tu verra la différence.). En tous cas j'aimerai vraiment que tu nous tienne au courant de l'évolution de ta situation. après 4 semaines tu n'as toujours pas trouvé un emploi ? comment fais tu pour vivre en attendant ? tu fais de petits boulots ?

moi je suis arrivé en France en région parisienne en 2002, à l'âge de 20 ans. j'ai un peu eu du mal au début me faire des amis (pour des raisons culturelles). mais aujourd'hui j'en ai un gros paquet. et je dois même souvent refuser des invitations de sorties pour ne pas être trop débordé. je pense que comme tu dis ça dépends de la région ou tu te trouves et de tes responsabilités. avec une famille à nourrir en dans une régions moins peuplée ça doit être Galère. Par contre d'après ce que j'ai cru comprendre même ceux qui résident à Montréal ou à Québec ont du mal à se faire des fréquentations Quebecoises. quelqu'un que vous connaissez depuis 6 mois et avec qui vous êtes en bons termes va vous passer devant sans vous dire bonjour. Vaut mieux en être préparé. parce que ça peut choquer. surtout si on a fait des efforts pour gagner l'estime de cette personne et que l'on croyait enfin s'être fait un ami. c'est quelque chose dont beaucoup de français vivant à Montréal ou à Québec se plaignent. c'est simplement culturel. enfin chacun ses expériences. et j'aimerai connaitre la suite de ton aventure.
si tu réside pas loin de Montréal comme tu dis il y a de bonnes chances qu'on se croise. surtout que ça a l'air d'être beau la Lanaudière. ça donne envie d'y faire un tour.


avatar
chester555
Grand Castor
Grand Castor

Messages : 220
Date d'inscription : 24/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des clés pour comprendre la vie au Québec

Message par lucile1201 le Dim 10 Oct 2010 - 9:40

Merci beaucoup pour ce résumé Chester555 ! C'est vrai que beaucoup d'immigrants croient trouver l'eldorado en arrivant au Québec, que tout leur est dû et qu'ils sont attendus là-bas...
Pour notre part, nous sommes des non basques au Pays-Basque ! Ca était dur pour nous de trouver du travail ici, c'est vrai que Etchegaray ou Etcheverry ça sonne mieux sur un cv! Mais bon, en se donnant les moyens, on a bien réussi !

Caribou72, continue à nous donner des nouvelles Wink

_________________
DEPOT DCS : 09/04/2009
AR DCS : 15/05/2009
CSQ : 03/09/2009
ENVOI FEDERAL : 16/10/2009
AR FEDERAL : 24/12/2009
IVM : 27/02/2010
VM : 30/04/2010
Paiement des FDRP : 26/06/2010
Reçu : 23/07/2010
E-BRUNE : 27/07/2010
VISAS : 10/08/2010
DEPART : 28/03/2011

Installée à Montréal cheers

Mon blog http://www.destination-montreal.net
avatar
lucile1201
Admin

Messages : 286
Date d'inscription : 29/04/2009

http://www.destination-montreal.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des clés pour comprendre la vie au Québec

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum